Le Château d’Arcole


Copyright© http://www.mariopegollo.it/

 

 

Arcole appartint à la puissante caste des Obertenghi, marquis de Toscane au IXème siècle, qui dominait une grande partie du nord de l’Italie. Construite à cette époque sur le golfe de la Spezia, la puissante forteresse militaire d’Arcole leur servit d’avant-poste militaire pour la marche de Ligurie orientale, à partir de laquelle les marquis de Massa-Corsica, branche cousine des Malaspina, partirent en Corse et en Afrique du Nord combattre les pirates et les Sarrasins. Ces marquis offrirent le château aux moines du monastère de San Venerio del Tino, puis les Malaspina du Spino Secco en furent investis dans la deuxième moitié du XIIIème siècle avant de le vendre à la commune de Gênes. 

Le Château d’Avenza


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Construit dans la première moitié du XIVème siècle au croisement de l’ancienne voie Aemilia Scauri qui reliait Pise à Gênes et de la voie Francigène qu’empruntaient les pèlerins en direction de Rome, ce château revêtait une importance stratégique, tant sur le plan économique que militaire. Sous l’impulsion des Malaspina, le château fut au XVIème siècle modernisé et transformé en résidence seigneuriale.

Le Château de Bagnone


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Antonio Malaspina, premier marquis de Bagnone après la division du fief de Filattiera en 1351, fit de ce château sa résidence. Les Malaspina conservèrent ce fief pendant près d’un siècle, jusqu’à ce que le grand-duché de Toscane l’occupe dans la seconde moitié du XVème siècle. Seule la tour est encore visible aujourd’hui.

Le Château de Bastia


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Edifié vers la fin du XIIIème siècle, le château de Bastia occupait une position stratégique lui permettant de contrôler le passage de la Lunigiane vers l’Emilie et de bloquer les éventuelles offensives en direction des cols Apennins. Propriété des marquis Malaspina de Villafranca, il abrita les amours d’Angelica Malaspina et de Giulio, fils d’Alexandre de Médicis. Dans ce même château vécut également Anna-Maria, rivale de la marquise de Pompadour à la cour du roi Louis XV.


Le Château de Brunella


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Construite au XVème siècle, cette extraordinaire forteresse domine le bourg stratégique d’Aulla, à la confluence des fleuves Magra et Aulella. Probablement bâtie par Jacopo Ambrogio Malaspina, premier marquis de ce fief, elle fut ensuite modifiée par ses différents propriétaires : Giovanni delle Bande Nere qui l’occupa en 1522, puis par la famille Centurione qui s’appropria le fief dans la première moitié du XVIème siècle. En 1716, l’Empereur restitua le fief aux Malaspina de Podenzana. Pour être restée fidèle à l’Empereur lors des guerres qui opposèrent l’Empire aux Bourbons d’Espagne et de France, la forteresse, où se réfugièrent les troupes impériales, fut assiégée en 1733 par les Espagnols qui l’occupèrent pendant trois ans. A l’annonce de la prise du château après un siège de près de trois semaines, un Te Deum fut célébré dans la cathédrale de Madrid.

Le Château de Calice al Cornoviglio


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Depuis sa concession à Obizzo Malaspina par Frédéric Barberousse en 1164, le château avait été  occupé par plusieurs branches des marquis Malaspina. Après la destruction de la bâtisse médiévale par l’occupant génois au début du XVème siècle, un nouvel édifice fut construit par Conrado Malaspina en 1446. Au début du XVIIIème siècle, le roi d’Espagne Felipe V, duc de Milan, tenta de prendre possession de la Lunigiane et de soumettre à son autorité l’ensemble des marquis Malaspina. Azzo Giacinto, marquis de Mulazzo, refusa de prêter serment au représentant du roi d’Espagne, préférant continuer de servir l’Empire. En représailles, le château de Calice fut entièrement détruit en 1705 par les armées franco-espagnoles, avant qu’Azzo Giacinto n’en restaure la partie résidentielle.

Le Château de Caniparola


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


C’est dans le bourg de Caniparola, sur la route de Fosdinovo, que Gabriele Malaspina fit construire en 1724 sa résidence, sur l’emplacement d’une ancienne tour édifiée avant le Xème siècle. La villa, demeure typique du XVIIIème siècle, est entourée d’un jardin à l’italienne.

Le Château de Carrara


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Construit au cours du XIIIème siècle pour Guglielmo Malaspina, le château devint dès lors un poste militaire en même temps que la résidence des seigneurs. On peut voir sous un bas-relief de l’ancienne porte du château la statue de Iacopo Malaspina, premier seigneur de Massa et Carrara, tenant dans la main gauche une épée et dans la droite un bouclier aux armes du spino fiorito. Le château ne connut d’autre assaut que celui commandité par Giulio Cybo-Malaspina en 1548 contre sa mère Ricciarda pour le contrôle de l’Etat de Massa-Carrara. C’est Alberico I Cybo-Malaspina qui ordonna la construction du palais à côté du château appelé château du Prince. En 1815, suivant volonté de la duchesse Marie-Béatrice d’Este, le château devint le siège de l’Académie des Beaux-arts.

Le Château de Castagnetoli


Copyright© http://www.mariopegollo.it/

Le château fut construit entre le XVI et XVIIème siècle sur ordre du seigneur du lieu, Giovan-Cristoforo Malaspina. Après l’extinction de cette branche, Castagnetoli fut rattaché au fief des marquis de Mulazzo.

Le Château de Castevoli


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Construit autour de l’an 1000 par les Estensi, le château de Castevoli passa en 1195 aux mains des marquis Malaspina. En 1306, Dante Alighieri y aurait séjourné lors de son passage en Lunigiane. Détruits lors de l’invasion génoise, le château et la tour ont été reconstruits au cours du XVème siècle sur la puissante structure militaire médiévale quadrangulaire. Après avoir été l’un des demeures des marquis Malaspina de Villafranca, il devint après 1561 la résidence principale des marquis de Castevoli. Ce château domine le torrent Bagnone et permettait le contrôle de la voie Francigène en direction de Plaisance.

Le Château de Compiano


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Le château de Compiano domine le fleuve Taro et le passage des Apennins qui relie l’Emilie à la Toscane et à la Ligurie. Ce château, parmi les plus spectaculaires du nord de l’Italie, est encerclé par des remparts ouverts sur l’extérieur par trois portes d’accès. Son origine est incertaine, mais remonte probablement au Xème siècle : la tour au nord est en effet typique de l’époque carolingienne. Le château a appartenu très tôt aux marquis Guglielmo et Obizzo Malaspina qui le cédèrent aux Visconti au XIIème siècle.

Le Château de Filattiera


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


D’abord propriété de la maison d’Este, Filattiera revint aux Malaspina au XIIème siècle. Après la division de 1221, Filattiera devint la capitale du grand fief des Malaspina du Spino Fiorito, et le château la demeure de son chef, Opizzino. Filattiera demeura propriété des marquis Malaspina jusqu’en 1787. Au fil des siècles, la forteresse militaire fut toutefois transformée pour être aménagée en palais résidentiel.

Le Château de Fosdinovo


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Attesté dès le XIIème siècle, le château devint la résidence des marquis Malaspina de Fosdinovo deux siècles plus tard. 

Le château est connu à partir du XIIème siècle et devint la résidence des marquis Malaspina de Fosdinovo au XIVème siècle. Propriété du marquis Torregiani Malaspina, c’est aujourd’hui le plus important de tous les châteaux malaspiniens. Dante y aurait séjourné comme le rappelle le nom attribué à une tour. Le village de Fosdinovo conserve de nombreux témoignages de l’importance de la famille Malaspina à travers les siècles, comme le sarcophage en marbre de Galeotto Malaspina dans l’église San Remigio ou encore la série de tableaux à l’intérieur de la salle de réception du château. L’édifice se trouve au sommet d’une colline, une position qui permettait aux marquis de contrôler à la fois la plaine et la côte. Sous Spinetta le Grand, il fut le centre politique et militaire gibelin et malaspinien contre les évêques de Luni et le pouvoir papal.

Le Château de Groppoli


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


En position stratégique sur un rocher qui domine le fleuve Magra, à proximité de Mulazzo, capitale du Spino Secco, Groppoli a été un fief malaspinien du XIIIème siècle jusqu’au XVIème siècle.

Le Château de Lerma


Copyright© http://www.mariopegollo.it

Appartenant à l’ancienne Marche Aléramique, Lerma et son château resteront aux mains des descendants d’Aleramo jusqu’en 1233, date à laquelle les marquis de Morbello prêtent allégeance à Gênes, lui cédant leur fief. La République en investit alors Tommaso Malaspina de Cremolino, fils de Federico de Villafranca, descendant par sa mère Agnese del Bosco des marquis aléramiques. Lerma devient alors pour quelques temps partie intégrante du marquisat prospère des Malaspina de Cremolino. Après être revenu aux marquis de Monferrato, au XVème siècle le fief échoit finalement aux Spinola qui le possédèrent jusqu’au XVIIème siècle. On leur doit la réédification du château en 1499, érigé sur un promontoire dominant le fleuve Piota.

Licciana e Panicale


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


- Le château du Piano. Sur la rive gauche du torrent Taverone, le château du Piano, construit au XVIème siècle, a servi de résidence pour les marquis de Licciana et de Panicale.

 - Le château Malaspina de Licciana.  Destinés à contrôler le passage trans-apennin, le village et le château, du fait de leur importance stratégique, avaient suscité l’intérêt des marquis Malaspina de Villafranca qui en prirent possession en 1301. En 1535, Licciana et la domaine de Panicale furent érigés en fief indépendant et attribués au premier marquis Malaspina de Licciana, Jacopo I, puis transmis à ses descendants jusqu’à l’arrivée des troupes napoléoniennes en 1797. Transformé en résidence au début du XVIIème, il ne reste du précédent château que la tour, probablement d’époque médiévale.

Le Château de Lusuolo


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Du haut d’une colline rocheuse dominant la vallée, cet imposante bâtisse contrôlait la voie francigène. Possession malaspinienne depuis le XIIème siècle, aux mains des marquis de Mulazzo, le château fut partiellement détruit par les Génois en 1449, puis reconstruit au XVIIème siècle par le Grands-ducs de Toscane, nouveaux seigneurs de Lusuolo.

Le Château de Madrignano


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Comme le château de Calice al Cornoviglio, celui de Madrignano fut concédé à Obizzo Malaspina par Frédéric Barberousse en 1164. Détruit au XVème siècle, le château fut reconstruit par Corrado Malaspina 

qui en fit l’un des châteaux les plus beaux et les mieux protégés de toute la Lunigiane. Au début du XVIIIème siècle, les troupes franco-espagnoles assiégèrent ce château dans lequel s’était retranché le marquis de Mulazzo, Carlo Maria Malaspina, qui, demeuré fidèle à l’Empire, refusait de prêter serment au roi Philippe V d’Espagne. Le château fut assiégé et conquis, et les fortifications détruites.

Le Château de Malgrate


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Avec sa tour ronde si particulière, le château domine la vallée du fleuve Bagnone. D’abord possession des marquis Malaspina de Filattiera (branche du Spino Fiorito), Malgrate devint en 1351 un fief autonome après le partage effectué entre les enfants de Niccolo Malaspina de Filattiera. Le premier marquis de Malgrate, Barnabo, décida d’agrandir la demeure et d’édifier des fortifications autour de la tour circulaire et de la bâtisse rectangulaire fortifiée qui dataient du XIIIème siècle. Ce château resta aux mains des Malaspina jusqu’en 1610, où il revint au duc de Milan de l’époque, le roi d’Espagne Philippe III. Ce château est l’un des plus significatifs de la Vallée du Magra.

Le Château de Massa


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Donné à Obizzo Malaspina par Frédéric Barberousse en 1164, le château fut occupé par Conradin, roi des Romains, Duc de Souabe et roi de Sicile et de Jérusalem, opposé à l’alliance entre l’Empire et les Malaspina, avant d’être rasé par les Lucquois. Intéressés par la position tactique de la bâtisse qui permettait le contrôle simultané de la côte et de l’intérieur des terres, plusieurs propriétaires se sont succédés, jusqu’aux marquis Malaspina de Fosdinovo qui l’acquièrent au XVème siècle. Premiers propriétaires, les marquis de Massa s’y étaient installés au Xème siècle, afin d’assurer la sécurité des mers et de lutter contre les pirates et Sarrasins qu’ils poursuivirent jusqu’en Corse et en Sardaigne. Par la suite, Jacopo I, marquis de Fosdinovo, réalisa d’importants aménagements et transformations. Quelques générations plus tard, Ricciarda Malaspina et son fils Alberico achevèrent cette entreprise d’embellissement de la résidence seigneuriale. En 1557, Alberico I Cybo Malaspina fit édifier la muraille qui entoure la ville, ainsi que les portes de Salvatore, San Martini, Pasquino ou encore Martana.

Le Palais Ducal de Massa


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Les modifications apportées par les propriétaires successifs expliquent l’hétérogénéité stylistique du palais, érigé par Alberico I Cybo Malaspina au XVIème siècle. Influencé par le style génois, Carlo 1er apporta le premier de nombreuses modifications au palais afin d’y organiser de grandes réceptions. Il fit ajouter un salon de réception, une terrasse puis une aile supplémentaire ainsi qu’une loggia qui clôt la cour intérieure. Par la suite, Alessandro Bergamini réaménagea la structure en jouant sur le contraste chromatique entre marbres et stucs blancs et rouges. Les décorations intérieures se sont enrichies au fil des siècles des toiles de Francesco Natali. La Chapelle Ducale comporte également de grandes œuvres d’art, telles les fresques de Carlo Pellegrini et Le Retable de la Nativité de Matteo Civitali. Les nécropoles et la chapelle de la famille Malaspina se trouvent sous la cathédrale Saint-Pierre et Saint-François.

La villa la Rinchiostra


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Edifiée sur l’emplacement d’une tour érigée à l’époque des évêques de Luni, cette villa fut construite en 1675 par le marquis Gabriele Malaspina qui en fit un pavillon de chasse. Elle fut réaménagée en 1724 sur la volonté de Teresa Pamphili, épouse de Carlo II Cybo-Malaspina, qui confia les travaux à l’architecte de Carrare Alessandro Bergamini. La villa est entourée d’un ample jardin comptant de nombreuses variétés de fleurs, des orangers, des citronniers et des cèdres. Alderano Ier, fils de Teresa Pamphili, transforma la villa en une somptueuse demeure qui fut cédée à Louis de Bourbon en 1857.

Le Château de Moneta


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Le château de Moneta se trouve au sommet d’un rocher qui permettait de protéger la vallée et le bourg de Carrara. D’abord propriété des évêques de Luni, il passa ensuite aux mains des Malaspina. Jacopo, marquis de Fosdinovo, le racheta à la fin du XVème siècle, avec les domaines de Carrara, Avenza et Fragoso qu’il rattacha au fief de Massa. Construite au XVème siècle, la tour est la partie la plus ancienne de l’édifice. La muraille, quant à elle, fut édifiée au XVIème siècle.

Le Château de Montechiaro


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Construit au XIIème siècle, le château fut intégré à un fief malaspinien au XIVème siècle. Le fils de Spinetta le Grand résida un temps dans l’édifice, qui servit de point d’appui pour la puissante famille entre Pianure et Piacenza. On peut encore distinguer sur les merlons des symboles gibelins.

Le Château de Monti


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Ce château date du XVème siècle, époque à laquelle Monti devint un fief indépendant sous Giovan-Spinetta, marquis de Monti et fils de Giovan-Spinetta, marquis de Villafranca. On doit probablement à celui-ci la construction du château, sur la rive du Taverone, chef-lieu d’un vaste domaine qui comprenait les territoires de Monti, Panicale, Licciana, Bastia, Terrarossa, Podenzana et Suvero. C’est dans ce château que Spinetta le Grand fut emprisonné au XIVème siècle.

Le Château de Mulazzo


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Centre d’un ample fief malaspinien au XIIIème siècle, Mulazzo était depuis la division de 1221, le chef-lieu du Spino Secco qui regroupait l’ensemble des territoires situés sur la rive droite du fleuve Magra, ainsi que Villafranca sur la rive gauche. L’édifice le plus ancien est la tour de Dante qui date du XIIIème siècle, et porte le nom du poète qui y aurait été accueilli par les Malaspina lors de son séjour en Lunigiane. La tour qui aurait hébergé le poète domine le bourg, et permettait de contrôler l’ensemble de la vallée. Plus récente, la structure fortifiée date du XIV-XVème siècle.

Le Château de Oramala


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Le château d’Oramala présente un très haut intérêt historique et artistique. Il fut en effet la première demeure de la famille Malaspina qui y établit l’un des plus puissants marquisats de l’Italie septentrionale. Lorsqu’en 1167 Obizzo 1er Malaspina escorta Frédéric Barberousse depuis Pontremoli jusqu’à la Germanie, il hébergea l’empereur dans ce château situé au milieu des bois dans la vallée Staffora, à 750 mètres d’altitude. Cette époque fut pour les Malaspina celle de leur plus grande splendeur, non seulement du point de vue militaire, mais aussi culturel et artistique. C’est en effet dans la puissante et solitaire demeure d’Oramala que séjournèrent les plus célèbres troubadours provençaux de l’époque, suivis plus tard par Dante Alighieri, qui célébra ses hôtes dans le VIIIème chant du Purgatoire de La Divine comédie, et enfin par Goethe, qui s’y arrêta lui aussi. En 1474, le château fut fortifié par le marquis Niccolo Malaspina qui lui donna son aspect majestueux, encore visible aujourd’hui. Devenu au fil des siècles la résidence secondaire des marquis, le château fut ensuite abandonné après l’extinction de la branche, avant d’être restauré au XXème siècle par ses nouveaux propriétaires.

Le Château d'Osilo


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Faute d’une documentation suffisamment précise, l’histoire du château d’Osilo est mal connue. Selon toute vraisemblance, il aurait été édifié entre la fin du XIIème siècle et le début du XIIIème au sommet du mont Tuffudesu (650m d’altitude), permettant ainsi le contrôle conjoint de la côte nord de la Sardaigne et de l’intérieur des terres. L’attribution courante de sa construction aux Malaspina de Mulazzo serait erronée : plus vraisemblement, il serait parvenu aux mains des Malaspina par le biais de la dot apportée par Urica, fille naturelle du Juge de Torres Mariano II, qui dans les premières décennies du XIIIème siècle avait épousé Corrado Malaspina, un fils naturel du marquis Federico Malaspina de Villafranca. La propriété malaspinienne d’Osilo n’est cependant clairement attestée qu’à partir de 1272. Corrado étant mort sans héritier légitime, son héritage était revenu en partie à ses frères Tommaso et Opizzino, deux tiers de ses biens ayant été cédés antérieurement à ses oncles Moroello de Mulazzo et Manfredi de Giovagallo. Dès le début du XIVème siècle, les conflits entre les Malaspina et les nouveaux maîtres aragonais de l’île rendent l’histoire de ce château particulièrement chaotique. Au gré des traités de paix, régulièrement rompus, Osilo est accordé ou retiré aux Malaspina jusqu’en 1349, date à laquelle il revient définitivement aux Aragonais, une quinzaine d’années avant que les Malaspina ne se voient contraints d’abandonner leurs possessions sardes. Au fil du XVème siècle, le château est progressivement laissé à l’abandon. Surplombant le bourg d’Osilo, aujourd’hui le château reste remarquable par son mur d’enceinte et ses deux tours d’aspect contrasté, l’une ronde édifiée en basalte noir, l’autre de plan carré, construite en tuf blanc.

Le Château della Pietra


Copyright© http://www.mariopegollo.it/

C’est aux évêques de Tortona que l’on devrait l’édification du Castello della Pietra, l’un des châteaux les plus impressionnants de Ligurie, encastré entre deux pics de manière presque fusionnelle, épousant les mouvements de la roche. Probablement destiné à protéger la vallée des incursions sarrasines, le château aurait, selon certaines sources, été donné aux marquis de Gavi par les évêques Tortona en 1050. D’autres affirment au contraire que les marquis de Gavi, branche obertenga cousine des Malaspina, seraient entré en possession du château à la fin du XIIème siècle ou au début du XIIIème. En se fondant sur l’histoire de la commune de Crocefieschi, à laquelle le destin de Vobbia se trouva longtemps attaché, il se pourrait que les deux options soient vraies, la présence des Gavi ayant alors été intermittente. Il apparaît en tout cas certain que le château revint aux Malaspina en 1164. Ceux-ci le conservèrent peu de temps : Moroello Malaspina, fils d’Obizzo, défait par Gênes à Monleone en 1174, est contraint de vendre le château à la Commune. Selon d’autres sources, les Malaspina auraient néanmoins continué d’occuper les lieux jusqu’en 1252. Entre le milieu du XIIIème siècle et le XVIIème, le fief passe successivement aux mains des Visconti, Della Pietra, Spinola, Fieschi et Adorno jusqu’en 1797. 

Le Château de Poggio San Donato


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Poggio San Donato se trouve en Toscane, sur la voie romaine qui menait de Florence à Sienne. D’époque Renaissance, le Palais Malaspina se trouve sur la place principale, dénommée « place Malaspina ».

Le Château de Pontebosio


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Après avoir fait partie du fief de Villafranca, Pontebosio fut intégré dans celui de Bastia avant de devenir indépendant en 1574. On doit probablement l’édification de ce château du XVIème siècle au marquis Fabrizio Malaspina, qui fit également construire celui de Terrarossa.

Le Château de Suvero


Copyright© http://www.mariopegollo.it/

Situé dans la vallée du Vara, vieux fief obertengo, Suvero avait été successivement fief des Estensi, de l’abbaye de Brugnato et des seigneurs de Vezzano,  avant de revenir aux Malaspina de Villafranca en 1301. Rebâti au cours du XIVème siècle, il échoit en 1535 à Rinaldo Malaspina après la mort de son père Giovanni Spinetta. Rinaldo devient le premier marquis de ce nouveau fief indépendant. C’est à son fils, Torquato Malaspina, homme cultivé apprécié de ses vassaux, que l’on doit la transformation de la vieille forteresse en palais renaissant, conservant néanmoins un aspect massif et une fonction défensive. De plan trapézoïdal, trois de ses angles étaient renforcés de tours massives, dont deux se écroulées suite au tremblement de terre de 1920. Abandonné par les Malaspina en 1797 sous la pression des troupes napoléoniennes, il a été récemment restauré.  

Le Château de Tagliolo


Copyright© http://www.mariopegollo.it/

Comme la plupart des fiefs du marquisat Malaspina de Cremolino (Piémont), Tagliolo, ancien fief de la marche aléramique au Xème siècle, parvint apparemment aux Malaspina par le biais du mariage de Agnese del Bosco, descendante d’Aleramo, avec Federico Malaspina de Villafranca. Au milieu du XIIIème siècle, leur fils Tommaso en devient le premier titulaire malaspinien. Selon certaines sources, les marquis del Bosco auraient cependant rapidement repris le contrôle sur le château. Le fief finit par échoir à la République de Gênes qui en investit successivement diverses familles, jusqu’en 1418. En 1431, Francesco Sforza parvient à conquérir Tagliolo, qui revient ainsi au Duché de Milan. Quelques temps plus tard, Tagliolo retourna aux génois, sous investiture impériale directe, qui en investirent les Doria Gentile, puis Pinelli Gentile, toujours propriétaires du château. L’architecture du château évolua avec le temps, au gré des propriétaires successifs : la tour carrée du Xème-XIème siècle, surélevée au XVème siècle, s’est vue adjoindre d’autres bâtiments édifiés au XVIème-XVIIème siècle. L’ensemble a été restauré à la fin du XIXème siècle selon le goût néogothique, encore appuyé par les transformations des années 1930.

Le Château de Pozzol Groppo


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


C’est l’empereur Frédéric Barberousse qui, en faisant des domaines Malaspina des fiefs impériaux, donna Pozzol Groppo au marquis Obizzo Malaspina en 1164. Construit au XIIIème siècle pour les marquis du Spino Fiorito, le château fut choisi pour sa position dominante sur les vallées environnantes : Curone, Grue et Staffora. L’édifice central, qui date du XIVème siècle, fut ensuite complété par trois tours hautes et étroites et protégé par une muraille bâtie au XVIème par le marquis Cesare Malaspina à la place des fortifications antérieures. Au pied du château se trouve le cimetière de Pozzolo, où gît le dernier seigneur Malaspina du château, le marquis Alberto, mort à Brescia le 11 avril 1889 alors qu’il exerçait la charge de procureur-général du roi auprès de la Cour d’Appel.

Le Château de Terrarossa


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Le château a été bâti au XVIème siècle sur une vieille fortification médiévale qui dominait le Magra, sur la route qui permettait le déplacement des troupes et le contrôle des échanges entre Parme et Sarzane. Construit par Fabrizio Malaspina, fils du marquis de Bastia, ce château devint la résidence des marquis lorsque Terrarossa se détacha du fief de Filattiera en 1628. Bernabo, le deuxième marquis, l’aménagea en lui apportant des modifications. Certains voient dans ce château le lieu de naissance de Christophe Colomb. En témoignerait la plaque funéraire du navigateur dans la cathédrale de Séville, qui précise : Christophorus Columbus de Terra Rubra.

Le Château de Tresana


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Le château de Tresana fut édifié au début du XVIème, sur une ancienne structure médiévale, probablement d’époque lombarde, que Frédéric Barberousse avait donnée à Obizzo Malaspina en 1164, un peu avant que le fief ne devienne indépendant (1565). Guglielmo, premier marquis de ce fief devenu indépendant en 1565, obtint de l’empereur le droit de battre monnaie, un privilège rare que seuls les marquis de Fosdinovo et les Cybo-Malaspina possédaient à cette époque. Le château devint une résidence seigneuriale avant d’être occupé par les troupes franco-espagnoles au début du XVIIIème siècle.

Le Château de Varzi


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Le château de Varzi fut construit à la fin du XIIème siècle lorsque les marquis Malaspina d’Oramala décidèrent de quitter leur résidence principale pour se rapprocher de la « route du sel » et ainsi mieux contrôler les échanges régionaux. Ils décidèrent alors de créer le nouveau bourg de Varzi, qui devint au cours des siècles l’un des centres commerciaux les plus dynamiques sur la route de Gênes à Milan. Le bourg fut protégé par une muraille d’enceinte et une tour de 29 mètres de haut qui permettait de contrôler les environs. Appelée « la tour des sorcières », elle devint par la suite, et pour plusieurs siècles, une prison. En 1460, 25 femmes condamnées pour sorcellerie y furent enfermées avant d’être brûlées sur la place du bourg. Le blason de la famille Malaspina est encore visible au-dessus de la porte d’entrée du château.

Le Château de Verrucola Bosi


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


Avec sa masse spectaculaire, le château est un précieux exemple d’architecture médiévale. Spinetta s’y réfugia en 1312 lorsque Castruccio Castracani assiégea la forteresse pendant deux semaines. Après son exil, Louis de Bavière restitua le château et le fief à Spinetta en 1328 à la mort de son ennemi. Spinetta entreprit alors les travaux de rénovation dans l’espoir de créer un centre politique et militaire pour toute la Lunigiane. Les descendants de Spinetta occupèrent ce fief jusqu’en 1477. Le dernier marquis, Jacopo de Fivizzano, y installa en 1471 l’une des premières imprimeries d’Europe.

La tour cylindrique de Verrcuola qui domine du haut d’un col le village de Fivizzano est clairement d’origine militaire. Elle fut édifiée vers le XIVème siècle pour protéger et accroître la capacité défensive du château voisin des marquis de Verrucola.

Le Château de Malnido di Villafranca


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


La présence d’un château installé dans le fond de la vallée est attestée dès la fin du XIIIème siècle. Appelé à l’époque le Mauvais Nid (il avait pour fonction de surveiller la route et servait de bureau de perception pour tous ceux qui transitaient par cette voie), il prit par la suite le nom de Lealville en raison des statuts et des conditions favorables pour le commerce instituées par les seigneurs du lieu. Devenu l’un des centres les plus importants et les plus actifs de tous les domaines des Malaspina, Villafranca devint le chef-lieu d’un fief indépendant en 1266. Le château fut progressivement transformé en résidence seigneuriale pour les marquis Malaspina qui administrèrent le fief jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

Le Château de Virgoletta


Copyright© http://www.mariopegollo.it/


L’origine de ce château situé dans la vallée de Bagnone remonte au XIIème siècle avec la construction d’une tour à base carrée. Il devint au XIIIème siècle propriété des Malaspina. Au début du XVIème siècle, après l’invasion génoise, Federico III entreprit les restructurations et la construction du palais résidentiel après l’invasion génoise. Sur la façade du château, on peut observer son blason, accompagné d’une inscription rappelant ces travaux. C’est ce marquis qui apposa sur le blason des marquis de Virgoletta le lion rampant. Le château fut occupé militairement à plusieurs reprises, par les Florentins en 1533 ou encore par les armées espagnoles en 1733. Le château de Virgoletta est l’un des palais les plus magnifiques de toute la Lunigiane.

Le Château dell' Aquila


Cette imposante structure fortifiée domine du haut d’un col les torrents d’Aullela et de Lucido. Centre économique depuis le haut Moyen-Âge, Castel d’Aquila devint un fief indépendant en 1366, en se détachant du domaine de Fosdinovo. Le château, véritable structure résidentielle et militaire construite par Galeotto de Fosdinovo, date de cette époque.

Le Château de Bibola


Situé au sommet d’une colline, le château domine une grande partie de la vallée du Magra.  Il appartint dans un premier temps aux seigneurs de Bibola jusqu’à ce que Bernabo Malaspina de Filattiera s’en empare dans la première moitié du XIIIème siècle. Légué aux évêques de Luni à sa mort, il revint en 1355 aux Malaspina de Lusuolo qui le vendirent un siècle plus tard aux Malaspina de Fosdinovo. Jusqu’au XVIIème siècle, le château garda une fonction purement militaire, permettant le passage des troupes vers l’intérieur des terres. Ce que comprit parfaitement Giovani delle Bande Nere, qui l’occupa en 1525 afin empêcher les armées du marquis Malaspina de Lusuolo en provenance de Sarzane de rejoindre celles qui se trouvaient à Aulla. La muraille, de la fin du XVème siècle, entoure et protège le village et le château.

Le Château de Bigliolo


Construit avant le XIIème siècle, ce château intéressait les Malaspina du fait de son intérêt stratégique pour la guerre qui les opposait aux évêque de Luni. Devenu propriété des Malaspina de Filattiera dans la seconde moitié du XIIIème siècle, il passa en 1275 à Francesco Malaspina di Olivola. Suite à l’extinction de cette branche en 1411, il fut intégré au fief de Castel d’Aquila jusqu’en 1466 année où il devint la résidence des Malaspina de Fosdinovo, puis, à partir de 1510, des Malaspina d’Olivola.  Situé au sommet d’une colline, le château est protégé par une muraille de 260 mètres qui entoure cette forteresse de 2 500 m².

Le Château de Bolano


Au XIème siècle, ce château appartenait aux évêques de Luni. Après la paix de Castelnuovo en 1306, les marquis de Mulazzo renforcèrent les structures défensives de l’édifice, que Gênes occupa ensuite à partir du début du XVème siècle.

Le Château de Caprigliola


Important siège épiscopal, Caprigliola avait été convoité par les Malaspina lors de la mise en place de leur politique d’expansion en Lunigiane au XIIIème siècle. Parvenue à ses fins au terme du siècle, probablement grâce à Spinetta, la famille conserva le domaine jusqu’en 1404, date à laquelle la République de Florence en prit possession.

Le Château de Cariseto


Frédéric Barberousse conféra l’investiture du château et du fief de Cariseto à Obizzo Malaspina en 1164.

Perdu en 1195, le château était finalement revenu aux marquis Malaspina de Mulazzo en 1251, avant d’échoir à la branche des marquis de Godano et Bolano. En 1535, le marquis Moroello Malaspina de Pregola tenta de s’approprier le fief, assiégea le château dans lequel il retint prisonnier pendant deux mois le dernier marquis de la branche de Godano et Bolano, Antonio Malaspina, détenteur du domaine sans descendance. Parvenu à se libérer, ce dernier décida de vendre son fief à Gian Luigi Fieschi pour 9 633 écus d’or.

Le Château de Castiglione


Edifié sur un lieu stratégique pour le contrôle du Val de Magra, le château de Castiglione date du XIVème siècle. Il fut probablement l’œuvre du marquis Franceschino 1er, dit Il Soldatto, capitaine de guerre pour le compte de Florence et chef de la maison de Castiglione lorsque ce fief devint indépendant en 1351. Plus récente, la muraille date probablement du XVème siècle.

Le Château de Codiponte


Le château de Codiponte était à l’origine un typique palais médiéval, fondé vers la fin du XIVème siècle. Ce château appartint aux marquis Malaspina de Verrucola et pendant une trentaine d’années aux marquis Malaspina de Castel d’Aquila.

Le Château de Corlaga


Leonardo, premier marquis Malaspina de Corlaga, fit construire ce château en 1523. A la génération suivante, les Malaspina perdirent la forteresse qui passa aux mains des grands-ducs de Toscane.

Le Château de Giovagallo


Situé dans la vallée du Penolo, ce château fut la résidence de Moroello Malaspina, homme d’armes fameux qui combattit aux côtés des guelfes noirs de Toscane, remportant de nombreuses victoires. Cette maison s’éteignit au XIVème siècle et le fief passa aux marquis de Villafranca puis de Lusuolo.

Le Château de Godano


Le château de Godano est l’une des plus anciennes possessions des Malaspina. D’abord propriété du marquis Oberto, comte du Sacré-Palais, il resta aux mains de ses descendants jusqu’au début du XVIème, époque à laquelle le territoire passa sous l’autorité de la république de Gênes.

Le Château de Gragnola


La maison du marquis, Casa del Marchese, se trouve sur la place principale de Gragnola, village du fief de Castel dell'Aquila. Depuis 1914, cette maison est reconnue comme monument national. Elle hébergea des personnages célèbres comme l’écrivain Adolfo Bartoli.


Le Château de Grondola


Le château de Grondolo appartint très tôt aux Obertenghi. Les plus anciens documents le concernant remontent aux XIIème siècle, époque à laquelle Alberto Malaspina le fit fortifier avant de le vendre à la commune de Plaisance en 1195. Situé sur l’une des plus importantes routes commerciales et militaires permettant de relier Plaisance à la Toscane, son importance stratégique explique les nombreux conflits pour sa possession au cours des siècles.

Le Château de Montereggio


Situé sur les terres des marquis de Mulazzo, le palais résidentiel des marquis fut construit en 1573 à l’emplacement d’une ancienne structure médiévale défensive. Une partie du blason des Malaspina est encore visible sur la façade.

Le Château de Olivola


D’abord partie intégrante du fief de Filattiera, Oliva s’en détacha en 1275 lorsque Francesco, fils de Bernabo de Filattiera et de Marie d’Antioche – fille de l’empereur Frédéric II – hérita d’une partie des possessions paternelles et devint le premier marquis d’Olivola, à la tête d’un vaste domaine compris entre les torrents Aulella et Taverone.  Une grande partie du château a été détruite lors du tremblement de terre de 1920.

Le Château de Podenzana


Le château de Podenzana fut construit au XIVème siècle pour les marquis de ce fief devenu indépendant en 1355. Les marquis Malaspina de Villafranca vinrent s’y réfugier au début du XVème lors de l’invasion génoise.

Le Château de Ponzanello


Le château occupe une position stratégique sur la route entre l’intérieur de la Lunigiane et la côte lunense. D’abord propriété des évêques de Luni, il fut occupé par l’empereur Frédéric II en 1239. Il passa ensuite aux mains des Malaspina de Fosdinovo puis de Verrucola et enfin de Gragnola à partir du XIVème siècle. Si le château date du XIIIème siècle, la tour défensive est plus ancienne.

Le Château de Rocca Sigillina


Bâti sur un pic rocheux dominant la voie Lombarde, ce château fut pris à la commune de Pontremoli par les Malaspina de Filattiera en 1231. Les marquis restèrent maîtres du château, qu’ils firent fortifier, jusqu’en 1313, date à laquelle les habitants de Pontremoli se rebellèrent et rendirent le domaine à leur commune.

Le Château de Treschietto


Le château fut le siège d’un fief malaspinien à partir de 1351, après la division de Filattiera. Giovanni, le premier marquis, transféra sa résidence de Vico à Treschietto et décida l’édification des fortifications. Les marquis résidèrent dans ce château jusqu’au début du XVIIIème siècle, époque à laquelle Ferdinando Malaspina, sans descendant, céda ses biens et ses domaines à Cosimo III de Toscane. Une tradition locale veut que le château soit hanté par Gasparo Malaspina, dit « il Mostro » («le Monstre »), qui passa une grande partie de sa vie à chasser les jeunes femmes de son fief.

Le Château de Viano


La tour est le seul vestige d’un important château malaspinien qui appartint aux marquis de Fosdinovo puis de Castel d’Aquila. Elle fut édifiée au XVème siècle par Antonio Alberico, marquis de Fosdinovo et de Castel d’Aquila.

Le Château de Ricco di Villafranca


Ce château fut assigné à Galeotto Malaspina de Fosdinovo en 1355, puis quelques années plus tard aux marquis de Villafranca. Du haut de sa position stratégique, il offre une vue panoramique sur toute la vallée du Magra.