Les différentes branches de la famille Malaspina appartiennent à la caste des Obertenghi, issue d’Oberto 1er, Comte Palatin au Xème siècle, et marquis de la marche orientale de Ligurie, le plus important feudataire de l’Italie médiévale.

Les descendants d’Oberto donnèrent par la suite naissance à diverses maisons, parmi lesquelles les Pallavicini, Este, Brunswick et  Hanovre ou encore Massa, Gavi et Parodi. Le nom de Malaspina apparut pour la première fois dans l’histoire en 1130, porté par la marquis Alberto.

 

"Mais de qui en Europe votre nom n'est-il point connu? La renommée qui célèbre votre maison a porté le nom des seigneurs et le nom de la contrée à ceux mêmes qui n'y furent jamais. Et par le désir que j'ai d'aller là-haut, je vous jure qu'en votre race honorée se perpétue le lustre de la bourse et de l'épée."

Dante, lors de sa rencontre avec Corrado Malaspina. La Divine comédie, « Le Purgatoire », chant VIII.

 

Les Malaspina font partie d’une famille illustre d’Italie, feudataire de l’Empire, souveraine de la Lunigiane pendant huit siècles. Son origine remonte au IXème siècle, en la personne de Boniface 1er arrivé en Italie en 813 dans la suite de Charlemagne dont il obtint le gouvernement de la Toscane, territoire à partir duquel il étendit son influence jusqu’à la Ligurie et la Corse.

 

Son fils Boniface II, lui aussi marquis de Toscane, comte de Lucques et préfet de Corse s’illustra en Méditerranée et participa à diverses expéditions contre les Maures en Corse et en Afrique du Nord. On lui doit la fondation de la ville de Bonifacio en 833. Son fils Adalberto participa aux guerres en Italie et, après s’être réconcilié avec le pape Jean VIII qu’il avait fait prisonnier, fut nommé administrateur et défenseur du patrimoine papal. En 884, il fonda le monastère de San Caprasio de Aulla. Son fils Adalberto II, dit « Il Ricco », épousa Berthe, fille de Lothaire II de Lotharingie et arrière-petite-fille de Charlemagne. Il décida d’abandonner la loi de succession bavaroise au profit de la loi lombarde. A sa mort en 915, son corps fut inhumé dans la cathédrale de Lucques. Son fils et successeur Guido épousa Marozie, maitresse du pape Serge III avec qui elle eut le futur pape Jean XI.

Avec son mari, elle fit emprisonner le pape Jean X et assassiner son frère sous ses yeux. Marozie demeure emblématique de cette époque trouble de la papauté, appelée pornocratie, durant laquelle plusieurs papes furent des familiers ou des marionnettes de cette femme. A la mort de Guido de Toscane, elle épousa l’un de ses beaux-frères, Hugues d’Arles. Lamberto, l'autre frère de Guido, lui succéda comme marquis de Toscane et comte de Lucques. Le 13 avril 945, une sentence émise à Pavie par le comte palatin Fanfranco nomma Oberto, descendant de Lamberto, duc de Spolète, marquis de Milan, comte de Luni et comte Palatin, le titre le plus élevé de l’époque, réservé aux plus fidèles combattants, et qui faisait de ces seigneurs les représentants directs de l’autorité impériale. Le territoire d’Oberto s’étendait à toute la Lombardie, une partie de la Suisse, l’Emilie, une partie du Piémont, de la Ligurie et de la Toscane ainsi que la Lunigiane. En 951, Oberto fut élevé à la dignité de seigneur de la marche de Ligurie Orientale et envoyé par le pape auprès d'Othon 1er pour l'inviter à libérer l'Italie du roi Bérenger II. Par la suite Othon 1er, premier empereur du Saint Empire romain germanique, lui octroya de nombreux privilèges, dont celui de battre monnaie. Oberto fut ensuite envoyé à Constantinople pour escorter Théophanie, nièce de l'empereur d'Orient Jean 1er, jusqu'à la cathédrale Saint-Pierre en 972 pour son mariage avec Othon II. Oberto engendra la caste des Obertenghi qui s'illustra pendant des siècles auprès de nombreux souverains, et dont les différentes branches et donnèrent naissance quelques siècles plus tard aux maisons d’Este, de Massa –et de Massa Corsica - Parodi, de Gavi, de Pallavicino, de Cavalcabò et des princes de Brunswick et de Hanovre, d’où sont issues plusieurs familles régnantes européennes.

 

Les deux fils d’Oberto, Adalberto 1er et Oberto II administrèrent en condominium les comtés de Luni, Gênes, Tortona et possédaient des droits sur Parme, Plaisance, Bobbio, Lavagne et Borgotaro. Adalberto eut deux enfants dont l’un, Oberto, donna naissance à la dynastie des Pallavicini et l’autre, Adalberto, à celle des marquis de Gavi et de Massa-Parodi. Oberto II, fils d’Oberto 1er et frère d’Adalberto 1er eut quatre enfants : Berta qui épousa Arduino, roi d’Italie en 1002 ; Hugo qui fut comte de Milan ; Alberto Azzo dont les descendants fondèrent la maison d’Este et celle de Brunswick. Enfin Oberto Obizzo d’où est issue la dynastie des Malaspina. Avec son frère Alberto Azzo, il assista en février 1014 au couronnement de l'empereur Henri II à Rome.

 

 

 

Le premier à porter le nom Malaspina fut Alberto, arrière-petit-fils d’Oberto Obizzo, au milieu du XIIème siècle. Grand orateur aux vertus militaires, il fut un proche de L'Empereur qu'il suivit dans sa guerre contre les Saxons, avant de se rapprocher du pape Pascal II. On lui doit probablement la fondation de l’ermitage de San Alberto di Butrio, près d’Oramala, pour remercier saint Albert d’avoir guéri son fils né sourd et muet. Une fresque à l’intérieur de l’ermitage rappelle l’importance de la famille Malaspina dans l’histoire du lieu. Le château d’Oramala y est représenté, ainsi que le marquis Albert, agenouillé, faisant une offrande à la Vierge et l’Enfant. Le blason du marquis, en-dessous permet de l’identifier.

Son fils Obizzo 1er Le Grand fut l’un des premiers Malaspina à s’illustrer par son courage et sa vigueur sur les champs de bataille.  Au début du XIIème siècle, il entreprit la conquête de vastes territoires en Lunigiane et plus généralement dans la vallée padane. Riche et puissant seigneur à la tête d’un vaste fief qui s’étendait des deux côtés des monts Apennins dans le val de Trebbia, la val Staffora, en Ligurie et en Toscane, il fut un précurseur de la lutte contre les communes italiennes qui commencèrent à s’émanciper à partir du XIIème siècle avec le développement du commerce, des échanges et des villes-marchandes. Ses territoires se trouvaient alors cernés par des villes comme Gênes, Plaisance et Tortone qui menaçaient l’existence de son domaine par les vues qu'elles avaient sur la Lunigiane. Il dût alors s’opposer aux Génois et aux évêques de Luni, et parvint en 1113 à obtenir pour ses terres un débouché sur la mer en occupant Porto Venere sur la côte ligure. Il intégra ensuite la Ligue Lombarde dont il devint l’un des chefs pour s’opposer aux visées hégémoniques de l’Empereur et poursuivit sa lutte contre Pise, Lucques, Gênes et Plaisance. En 1155, Obizzo organisa la résistance de Tortone contre l’Empereur Frédéric 1er Barberousse. Celui-ci triompha et détruisit la cité mais, admiratif des qualités d’Obizzo, il lui offrit de se battre à ses côtés et lui concéda, à Pavie, le 29 septembre 1164, l’investiture pour lui et ses fils des nombreux fiefs qu’il possédait en Lombardie, dans le Piémont, en Ligurie et dans l’Emilie.

En 1167, l’Empereur, qui rentrait de Rome, se trouva bloqué par les armées de Pontremoli et Obizzo intervint pour le protéger et lui ouvrir un passage à travers les monts Apennins.

 

Quelques années plus tard, Obizzo changea à nouveau de camp et se battit du côté de la Ligue Lombarde contre l’Empereur revenu en Italie. En 1183, il prit part avec les plus grands seigneurs italiens de l’époque à la Paix de Constance qui reconnaissait à la fois la liberté des villes italiennes et la suzeraineté impériale sur celles-ci. Obizzo mourut en 1185, laissant son immense domaine à ses deux fils Obizzone et Moroello. Ces derniers continuèrent un temps la lutte et acquirent les fiefs détenus jusqu’alors par la maison d’Este – une branche cousine- ainsi qu’une partie de la Sardaigne. Par la suite, ils signèrent une paix avec Plaisance et une autre avec les évêques de Luni en 1202 qui reconnaissait toutes leurs possessions en Lunigiane. Le troisième fils d’Obizzo, Alberto, dit Moro, demeura en Lombardie au château d’Oramala appelé Le Nid des faucons, dans le val Staffora. En 1194, lors de la paix avec Plaisance, il obtint le château de Grondola en Lunigiane. Il épousa Béatrice, la fille des puissants marquis de Montferrat, dont la beauté fut célébrée par les troubadours de l’époque. Alberto fut un seigneur aimé, amoureux de la poésie, hébergeant dans son château les plus célèbres troubadours occitans de son temps qui avaient fuit le sud de la France.

 

 

Le 28 août 1221 à Plaisance, Corrado et Obizzino, respectivement fils de Obizzone et petit-fils de Moroello, décidèrent de se partager le fief paternel et donnèrent naissance à deux vastes domaines : Corrado obtint les terres situées sur la rive droite du fleuve Magra en Lunigiane – et Villafranca – ainsi que les territoires dans le Val Trebbia, conservant l’emblème familial du Spino Secco. Il installa sa capitale à Mulazzo. A Obizzino revinrent les autres terres sur la rive gauche du fleuve Magra ainsi que celles du val Staffora. Il s’installa à Filattierra et donna naissance à la branche du Spino Fiorito.

 

L’accord fut entériné par l’empereur Fréderic II qui, à son retour de Rome, s’arrêta en Lunigiane. L’investiture fut certainement facilitée par le fait que Corrado avait épousé Constance, la fille de Fréderic.

 

Du fait des nombreuses divisions entre les descendants des deux marquis, conséquence de l’application de la loi lombarde, de nombreux autres fiefs apparurent au fil du temps. Dès 1266, les fils de Constance et de Corrado divisèrent le domaine du Spino Secco en quatre fiefs : Giovagallo, Mulazzo, Villafranca et Val Trebbia. De l’autre côté du fleuve Magra, la branche cousine - les fils d’Obizzino- avait déjà à cette époque divisé le domaine du Spino Fiorito en trois fiefs : Olivola, Verrucola et Filattiera.

 

 

Les fiefs du Spino Secco

 

En 1221, le grand fief de Corrado était un vaste domaine situé essentiellement sur la rive droite du fleuve Magra dont la capitale était à Mulazzo. Ce fief comprenait également de nombreux domaines dans les vallées Trebbia et d’Aveto ainsi qu’en Sardaigne. En 1266, les quatre fils de Corrado décidèrent de se partager l’immense fief paternel.

  • Moroello fut le premier marquis à la tête de l’immense fief de Mulazzo.
    • Ses deux fils, Barnabo et Antonio, se partagèrent les domaines des vallées Trebbia, Borbera et d’Aveto le 30 avril 1390 au château d’Ottone dans la vallée Trebbia. Malgré les divisions, tous les marquis issus des différentes branches apparues au fil des partages portèrent le titre de marquis de Mulazzo.
      • Antonio, fils de Barnabo, fut le premier marquis du fief de Casanova. Ses descendants vendirent le fief aux Doria au début du XVIème siècle, puis la branche s’éteignit au début du XVIIème siècle.
      • Giacomo, fils de Barnabo, devint le premier marquis du fief de Croce. Ses descendants conservèrent le fief pendant plus d’un siècle puis le vendirent à Gianluigi Fieschi, comte de Lavagne en 1504.
      • Moroello, fils de Barnabo, fut le premier marquis du fief de Fabbrica. En 1540, ses descendants vendirent le fief à Gianluigi Fieschi, comte de Lavagne.
      • Giovanni, fils de Barnabo, fut le premier marquis du fief d’Ottone. A sa mort, ses fils se partagèrent les possessions paternelles.
        • Francesco hérita d’Ottone suite au partage effectué avec son frère Galeazzo en 1500. Au XVIème siècle, ses descendants vendirent leur fief à Gianliugi Fieschi.
        • Galeazzo fut le premier marquis d’Orezzoli.
          • Son fils Pietro lui succéda à la tête du fief d’Orezzoli. L’alliance de cette branche avec les Della Chiesa au XVIIIème siècle donna naissance aux Malaspina di Carbonara e Volpedo, encore existants aujourd’hui.
          • Giovanni, second fils de Galeazzo, fut le premier marquis de Frassi. En 1656, ses descendants vendirent leur fief aux Doria.
    • Antonio, le frère de Barnabo et fils de Moroello, marquis de Mulazzo hérita pour sa part de l’immense fief en Lunigiane qui n’avait jamais été encore partagé, ainsi que des fiefs dans la vallée Borbera et dans celle d’Aveto. Ses petits-fils se partagèrent cet important fief à la fin du XVème siècle.
      • Azzone obtint le fief de Mulazzo en Lunigiane que ses descendants possédèrent jusqu’en 1817. Ce fief ne fut partagé qu’en deux occasions : A la fin du XVIème siècle, Bonifazio reçut lors d’un nouveau partage le fief de Madrignano. Au milieu du XVIème siècle, Giovan Paolo obtint le fief de Monterregio.
      • Antonio II, le frère d’Azzone, devint le premier marquis de Cariseto, Bolano et Godano. Mort en 1477, son fils Antonio III lui succéda mais pour avoir soutenu le roi Louis XII de France lors des guerres d’Italie, le comte de Milan lui confisqua ses biens qui furent acquis en 1540 par Gianluigi Fieschi, comte de Lavagne. Cette branche s’éteignit en 1571.
      • Ghisello, dernier fils d’Antonio, fut le premier marquis de Santo Stefano d’Aveto. Il fut également podestat de Milan. En 1471, ses deux fils se partagèrent le fief.
        • Francesco hérita du domaine de Santo Stefano d’Aveto. Lui aussi soutint le roi de France lors des guerres d’Italie. Gianluigi Fieschi assiégea alors le château et Francesca lui vendit son fief en 1495. Ses descendants restèrent à la tête du fief de Godano et de Bolano en Lunigiane jusqu’à l’extinction de la branche au XVIIème siècle.
        • Pietro devint le premier marquis des Edifizi. Citoyen de la ville de Plaisance, Pietro fit construire le château de Gambaro. Après la défaite du roi de France qu’il avait également soutenu, il restitua le fief et le château de Cariseto qu’il avait occupé un temps puis vendit ses parts du fief de San Stefano à Gianluigi Fieschi en 1504. Cette branche s’éteignit en 1624 à la mort du dernier héritier Pier-Francesco qui s’était illustré dans sa jeunesse à la bataille de Lepante en 1571 puis qui se mit au service des ducs de Parme qui l’envoyèrent près des empereurs Maximilien, Rodolphe et Mathias, du pape Clément VIII et à la cour des Savoie. A la fin de sa vie, il fut nommé conseiller d’Etat.
  • Manfredi, fils de Corrado l’Antico fut le premier marquis du fief de Giovagallo. Cette branche s’éteignit au XIVème siècle et les marquis de Mulazzo devinrent les nouveaux seigneurs du domaine.
  • Federico, fils de Corrado l’Antico, fut le premier marquis du fief de Villafranca. Plusieurs divisions eurent lieu qui donnèrent naissance à de nombreux fiefs.
    • Tommaso 1er, fils de Federico, fut le premier marquis Malaspina de Cremolino, dans le Piémont.
    • Opizzino, fils de Federico, hérita du marquisat de Villafranca.
      • En 1361, Azzone, fils d’Opizzino, hérita d’une partie du fief de son père et donna naissance à la branche des marquis de Lusuolo.
        • En 1428, les petits-fils d’Azzone se partagèrent le fief de Lusuolo. Iacopo hérita du fief de Lusuolo, Aulla, Bibola et Podenzana tandis que son frère Opizzino donna naissance à une nouvelle branche, celle des marquis Malaspina de Tresana.
          • Deux générations plus tard, une nouvelle division donna naissance à deux nouvelles branches après la mort de Iacopo Ambrogio en 1506 : La branche des Malaspina d'Aulla et celle des Malaspina de Ponzano, cette dernière s'éteignit très rapidement et le fief fut vendu à la Banque Saint-Georges en 1540.
      • Spinetta, autre fils d’Opizzino, resta à la tête du fief de Villafranca.
        • En1469, Gian Spinetta, descendant de Spinetta, marquis de Villafranca, partagea le fief avec son frère Tommaso et devint le premier marquis de Monti. A la génération suivante, les 5 fils de Gian Spinetta se partagèrent le domaine de leur père, mort en 1528 :
          • Moroello devint alors le nouveau marquis de Monti. Cette branche s'éteignit dès la génération suivante avec la mort d'Orazio en 1582 qui se distingua dans la carrière ecclésiastique, notamment en tant que nonce ecclésiastique à la cour de l'empereur Rodolphe puis à celle du roi de France. A sa mort, le marquis Malaspina de Suvero qui hérita du domaine.
          • Fioramonte devint le premier marquis de Bastia. Il mourut en 1570 et ses trois fils procédèrent à un nouveau partage :
            • Camillo resta à la tête du fief de Bastia.
            • Son frère Giulio devint le premier marquis Malaspina de Ponte Bosio.
            • Fabrizio fut le premier marquis de Terrarossa. Mort sans héritier, ce fief fut dès lors cédé aux marquis de Filattiera.
          • Leonardo devint le premier marquis de Podenzana.
          • Iacopo obtint le fief de Licciana.
          • Rinaldo engendra la nouvelle branche des marquis des Malaspina de Suvero.
        • Tommaso, frère de Gian Spinetta, resta à la tête de Villafranca.
          • En 1561, un partage entre les descendants du marquis Tommaso Malaspina de Villafranca donna naissance à la nouvelle branche des Malaspina de Castevoli.
  • Enfin Alberto, mort en 1298, quatrième fils de Corrado l’Antico fut, après la division de 1266, à la tête d’un grand fief qui comprenait l’ensemble des biens sur la rive gauche du fleuve Trebbia ainsi que les biens en Sardaigne dans la vallée Borbera. Très vite, Alberto se sépara de ses biens en Toscane qu’il vendit à un autre Malaspina, Moroello, fils de Manfredi de Giovagallo. Alberto s’installa alors dans la vallée Trebbia, au château de Pregola.
    • Son fils Corradino, surnommé Spadalunga, s’allia un temps avec les Visconti, seigneurs de Milan qui le nommèrent capitaine des milices. Il s’empara alors de Bobbio en 1302 où il fit construire son château. En 1342, les Visconti, occupèrent l’ensemble des fiefs des Malaspina de Pregola et Corradino perdit son château de Bobbio. A sa mort en 1347, deux de ses fils se divisèrent le fief.
      • Franceschino hérita des fiefs de Prato et de Pregola mais cette branche s’éteignit au bout de trois générations et passa aux mains des Spinola après le mariage de deux frères de cette famille avec les deux filles de Antonio, dernier marquis de cette branche Malaspina de Prato.
      • Albertino, devint marquis de Pregola. Deux générations plus tard, ses petits-enfants se partagèrent le fief en 1453.
        • Adamo hérita des fiefs de Pregola, Vezimo, Alpe et Artana. A sa mort en 1470, ses trois fils divisèrent le fief.
          • Bernardo obtint le fief de Vezimo. Ses descendants possédèrent ce fief jusqu’en 1624 lorsque le dernier héritier de cette lignée vendit le fief aux Malaspina de Santa Margherita, ses plus proches parents par alliance après son mariage avec Cecilia Malaspina de Santa Margherita
          • Riccardo hérita du fief d’Alpe et d’Artana. Comme pour la branche de Vezimo, les derniers héritiers vendirent le fief au milieu du XVIIème siècle aux marquis Malaspina de Santa Margherita
          • Antonio fut le premier marquis de Pregola et d’Isola. Ici encore, comme pour les branches précédentes, les derniers marquis d’Isola vendirent leur fief aux Malaspina de Santa Margherita au cours du XVIIème siècle.
        • Corradino, l’autre petit-fils d’Albertino qui participa au partage de 1453 fut marquis de Pregola, Campi et Zerba. Il épousa Diamante Malaspina de Mulazzo avec qui il eut cinq enfants dont trois lui succédèrent et se partagèrent le fief en 1480. Tous portèrent en commun le titre de marquis de Pregola. Une branche est encore représentée aujourd’hui.
          • Riccardo devint marquis de Pregola, Zerba, Campi et Pei. Malgré tous les efforts et tous les rapprochements avec les autres branches Malaspina, dans le seul but de ne pas perdre et émietter davantage ce fief, cette branche s’éteignit en moins de deux siècles. Au début du XVIIIème siècle, les trois filles de Federico, dernier marquis, vendirent leurs parts du fief aux autres branches Malaspina et aux Centurione.
          • Azzo, second fils de Corradino et de Diamante Malaspina hérita du château et du fief de Pregola. Cette branche fut la plus importante de toutes celles issues du partage de 1480. Ses descendants administrèrent de grands fiefs dans les vallées Staffora et Trebbia. Ils firent construire le palais Malaspina de Pregola après la destruction du château au XVIème siècle, achetèrent le palais des Tamburelli sur la place principale de Varzi qui devint au XIXème siècle la résidence principale des marquis Malaspina de Pregola puis à l’extinction de cette branche dans les années 1920 avec la mort des deux derniers héritiers, le palais devint le siège de la mairie
          • Moroello, dernier fils de Corradino, hérita du fief de Campi lors du partage de 1453. Dès la génération suivante, ses fils divisèrent le fief.
            • Corradino, marié à Eleonora Malaspina de Godiasco, devint marquis de Pregola, Campi et Zerba en 1520. Ses descendants s’établirent dans les villes voisines de Tortone et d'Alexandrie. En 1634, Anton Camillo vendit sa part du fief aux Centurione et son frère Carlo Moroello, assassiné en 1659, mourut sans descendant.
            • Nicola, frère de Corradino, hérita du fief de Zerba. Très vite les descendants vendirent leurs droits aux Centurione. Les derniers descendants issus de cette branche disparurent au cours du XIXème siècle

 

Les fiefs du Spino Fiorito

 

Lors des partages du 18 avril 1275, Alberto, fils d’Obbizino marquis de Filattiera, et ses neveux, Francesco (fils de Barnabo), Gabriele et Azzolino (fils de Isnardo) obtinrent l’ensemble des fiefs situés sur la rive droite du fleuve Magra ainsi que ceux qui se trouvaient dans les vallées Staffora et Curone. Ils se partagèrent alors l’immense fief du Spino Fiorito et leurs descendants procédèrent à de nombreuses partitions au cours des siècles.

  • Francesco, fils de Barnabo et de Marie d’Antioche reçut les fiefs de Pizzocorno, Pozzolgroppo, Bagnaria, Nivione, Cantacapra et Pallavicino ainsi que des biens dans la vallée Curone et le fief d’Olivola que la branche administra jusqu’en 1413, année de l’extinction de cette branche. Pozzolgroppo et Pizzocorno furent alors rattachés à la branche des descendants d’Alberto et Nivione et Bagnaria ainsi que les biens dans la vallée Curone à la branche d’Isnardo.
  • Gabriele et Azzolino, fils d’Isnardo et de Cubitosa d’Este obtinrent les fiefs de Pietragavina, Casasco, Santa Margharita, Monteforte et Varzi.
  • Azzolino resta dans la vallée Staffora. Il fut vicaire impérial à Milan en 1312 puis Podestat de Milan en 1317. Ses deux fils Obizzo et Federico amplifièrent encore le fief paternel en y intégrant Fabbrica dans la vallée Curone en 1349 et Gremascio en 1358, mais dès la génération suivante, le grand fief fut divisé.
    • Federico fut le premier marquis de Varzi, Santa Margherita, Casanova, Lunassi et Bagnaria. En 1420, ses petits-fils se partagèrent le fief :
      • Antonio devint marquis de Lunassi. Ses descendants se succédèrent jusqu’à l’extinction de cette branche en 1601.
      • Cristoforo devint marquis de Santa Margherita. Le dernier marquis de cette branche fut Giuseppe qui se réfugia à Vienne en 1796 après l’invasion des armées napoléoniennes et mourut dans la capitale autrichienne en 1821
      • Barnabo devint marquis de Casanova, Bagnaria et de Varzi.
        • Lui succéda son fils Francesco, dont les fils se partagèrent le fief :
          • Baldassarre fut à l’origine de la branche de Casanova qui s’éteignit également au XVIIème siècle.
          • Giovanni fut à l’origine de la branche de Varzi qui s’éteignit en 1648 à la mort de Pietro Malaspina. Une branche cadette hérita du fief et du domaine qui s’éteignit également à la mort du marquis Mercurio Malaspina en 1884.
          • Barnabo fut à l’origine de la branche de Bagnaria qui s’éteignit en 1675 lorsque Gian Antonio vendit ses droits sur le domaine aux Malaspina de Santa Margherita.
    • Obizzo, l’autre fils d’Azzolino, fut le premier marquis de Fabbrica et de Pietragavina. Deux générations plus tard, Azzo et Pietro se partagèrent l’héritage de Bonifacio. Pietro hérita des droits sur Fabbrica et Pietragavina, et Azzo obtint les terres de Gremascio tout en continuant de porter le titre de marquis de Fabbrica.
  • Gabriele resta en Lunigiane où il prit la tête du marquisat de Fivizzano après le partage avec son frère Azzolino en 1275. Au cours des siècles, ce fief fut lui aussi divisé à plusieurs reprises.  Les fils de Gabriele se partagèrent le domaine après sa mort en 1288: 
    • Isnardo devint le premier marquis Malaspina de Verrucola Bosi. 
    • Azzolino fut le premier seigneur de Fosdinovo, fief apparu après cette division. Trois générations plus tard, ce fief fut à nouveau partagé à la mort d'Antonio Alberico en 1445 par ses 4 enfants :
      • Iacopo fut le premier marquis de Massa, Carrara, Avenza et Moneta.
        • A la génération suivante, après la mort de Iacopo en 1481, son fils Alberico II lui succéda à la tête du fief de Massa.
        • Son autre fils Francesco devint marquis de Sannazzaro. 
      • Gabriele hérita du fief de Fosdinovo. A la génération suivante, ses deux fils se partagèrent le fief. Lorenzo hérita du fief de Fosdinovo, tandis que son frère devint marquis d’Olivola.
      • Lazzaro obtint le fief de Castel d’Aquila et de Gragnola après la mort sans héritier de Galeotto, marquis de Castel dell’Aquila.
      • Enfin Spinetta hérita des fiefs dans la région de Vérone.
  • Alberto hérita du fief de Filattiera et d’Oramala, capitales des terres du Spino Fiorito. Alberto eut un fils avec Fiesca Fieschi, nièce du pape Adriano V, Niccolo, dit le Marchesotto, qui fut vicaire du roi d’Anjou, podestat de Pavie entre 1308 et 1314. Niccolo eut 5 fils qui se partagèrent le fief à sa mort en 1339.
    • Antonio hérita des fiefs de Bagnone, Montefalcone et Valverde. A la fin du XVème siècle, cette branche vendit le domaine de Bagnone en Lunigiane à la République de Florence
    • Bernabo obtint les fiefs de Malgrate et de Pozzolgroppo, Fortunago et Oramala, vaste fief qui fut divisé à plusieurs reprises au cours des siècles. 
      • Suite à la division du fief entre les petits-fils de Bernabo au milieu du XVème siècle, l’un d’entre eux, Azzo, devint le premier marquis Malaspina de Sagliano.
      • En 1561, un nouveau partage eut lieu entre les fils d’Ercole, marquis de Godiasco, Fortunago et Oramala, descendant de Bartolomeo, le frère d’Azzo. 
        • Pietro-Francesco devint le premier marquis de Pozzolgroppo.               
        • Le fief d’Oramala apparut également 1561. Le premier marquis de ce fief fut Filippo, autre fils d’Ercole. 
      • Enfin le fief de Malgrate se détacha également en 1561. Giuseppe, frère d'Ercole, en fut le premier marquis. 
      • Opizzino, marié à Taddea Malaspina de Fosdinovo, dont le fils Riccardino conserva les fiefs de Filattierra et de Cella
      • Francesco fut le premier marquis du fief de Castiglione del Terziere et de Casasco.
      • Giovanni, dit Beretta devint le premier marquis de Treschietto et de Piumesana.
        • Ses petits-enfants, fils du marquis Federico dit Il Tedesco (l’Allemand) procédèrent à une partition du fief. Giovanni conserva le fief de Treschietto et de Godascio, tandis que Dondazio, époux de Maria Malaspina de Lusuolo, devint marquis du nouveau fief de Corlaga.