BERNABO MALASPINA


Son cousin Bernabo, fils de Moroello Malaspina de Mulazzo, lui succéda. Bernabo avait été auparavant chanoine de la cathédrale de Gênes (1302). Peu après sa nomination, il confirma Castruccio Castracani dans ses possessions en échange du partage des bénéfices issus des péages et des rendements de l’évêché, accord qui dura jusqu’à la mort du condottiere en 1328. Cette année là, profitant de l’affaiblissement du comté de Lucques, les puissants voisins du diocèse tentèrent alors de récupérer une partie du territoire. Bernabo participa lui aussi à cette nouvelle guerre, aux côtés de son cousin Spinetta le Grand, des Della Scala de Vérone, des Visconti et des Florentins. Il battit les Pisans qui abandonnèrent Massa et Avenza et fit son entrée dans Sarzana en 1335. L’année suivante, il prit possession de la ville de Massa. 

Bernabo mourut le 5 août 1338 et fut enterré dans l’église de San Francesco de Sarzana. Une épitaphe sur le monument funéraire encore visible dans cet église indique : Sobrius et lenis, castus , misurator egenis ; Compatiens mestis et moribus aptus honestis. 

En 1351, un nouveau membre de la famille Malaspina fut nommé évêque de Luni par Clément IV : Gabriele, fils d’Azzolino II, marquis de Fosdinovo, frère de Spinetta le Grand et de Bernabo, l’archevêque de Pise. Quatre ans plus tard, l’empereur Charles IV le confirma en tant qu’évêque-comte de Luni et le fit de surcroît prince du Saint-Empire romain germanique. 

En 1353, guelfes et gibelins firent appel à lui afin qu’il prépare la paix entre les deux partis, tâche vouée à l’échec du fait du trop fort antagonisme entre les deux factions. Il se dédia alors à la mission spirituelle et abandonna toute revendication politique, matérielle ou territoriale et se consacra à la gestion de l’évêché depuis Sarzana. Ses grandes qualités d’honnêteté amenèrent également son oncle Spinetta Le Grand à le désigner comme son exécuteur testamentaire.